Les règles absurdes de la grossesse du protocole

grossesse photo

L’annonce que tout le monde attendait depuis mai est arrivée : Meghan Markle et le prince Harry attendent un héritier, la duchesse de Sussex est enceinte. Et maintenant que la confirmation est arrivée, officiellement, également du palais de Kensington, la future mère devra suivre une série de règles et de traditions qui relèvent pleinement du protocole royal.

Si, dans le passé, Meghan a parfois eu des “défauts” – par exemple lorsqu’elle a fermé la portière de la voiture elle-même – lorsqu’il s’agit de bébés royaux, les têtes couronnées britanniques ne plaisantent pas : demandez simplement à Kate Middleton, qui pour les trois grossesses est restée dans les vues de la reine Elizabeth et la presse britannique, parvenant à respecter (presque) toutes les règles. Mais quels sont exactement les diktats imposés par la maison royale ?

1. Le sexe de l’enfant à naître est top secret
L’une des principales règles pour les membres de la famille royale est que le sexe de l’enfant ne doit pas être révélé avant la naissance : la manifestation est également venue de Kate et William, qui en aucun cas n’ont fourni des indices avant l’arrivée de George, Charlotte et Louis.

2. Pas de baby shower
Aux Etats-Unis, il n’y a pas une seule célébrité qui n’attend pas avec impatience la “baby shower”, la fête qui précède l’arrivée de l’enfant, mais en acceptant d’épouser Harry, Meghan Markle a renoncé au statut de star et a embrassé celui de duchesse. Pour elle, donc, aucun parti, surtout parce que les membres de la maison royale ne sont pas autorisés à recevoir et accepter des cadeaux.

3. Au moins 3 noms pour le bébé royal
George Alexander Louis, Charlotte Elizabeth Diana, Louis Arthur Charles : ce sont les noms complets des fils de Kate et William, et selon toute probabilité même le fils aîné de Harry et Meghan aura trois noms. Si ce n’est pas quatre, ceux donnés au prince Harry, qui s’appelle Henry Charles Albert David.

4. Arrêt aux “transferts” et voyages de représentation (ou de plaisir)
Assister à des événements et des initiatives dans le monde entier est l’une des tâches des membres de la Maison Royale. En cas de grossesse, cependant, les voyages sont réduits au minimum : bien que Meghan et Harry soient de nos jours en Australie, à leur retour et pour les prochains mois, la Duchesse quittera rarement le sol anglais, certainement pas pour rejoindre les parents et amis qui sont partis au Canada et aux États-Unis. En cas d’urgence ou de problèmes, Meghan devra se trouver le plus près possible de chez elle.

5. La reine Elizabeth doit être la première à connaître sa naissance.
On ne règne pas pendant 66 ans sans avoir des privilèges. Et savoir avant l’arrivée du petit-enfant est certainement l’une d’entre elles : quand l’héritier vient à la lumière, la reine Elizabeth doit être la première personne à savoir.

6. Je pars à l’hôpital, mais avec une équipe d’experts disponibles (adolescents)
La tradition de la royauté britannique de donner naissance à des héritiers à la maison appartient désormais au passé : la princesse Anne a été la première à la briser, suivie de l’emblématique Lady Diana, qui a donné naissance au fils aîné William au St Mary’s Hospital. Kate a également suivi la lignée de sa belle-mère, donnant naissance aux princes George et Louis et à la princesse Charlotte dans le même hôpital. Néanmoins, la maison royale dispose d’une foule de sages-femmes, de médecins et d’anesthésistes disponibles 24 heures sur 24 pour gérer l’arrivée de l’enfant à naître : Meghan pourra probablement compter sur eux dans les trois mois précédant l’accouchement prévu, et chacune d’elles, en plus de participer aux réunions hebdomadaires, devra cesser de boire pendant toute la durée des prestations.